Contact


Aurélien Ivars traducteur anglais espagnol français

Pour toutes demandes de renseignements, devis et tarifs, contactez-moi,

je me ferai un plaisir de vous répondre rapidement.

: + 33 six 5O 58  9O 74

✉︎ : aurelien@a-traduction.fr

Skype : aurelien.traduction


Parcours & formation


Après une licence de Langues Étrangères Appliquées à Orléans et une année à l’université de Vic, en Catalogne, j’ai suivi le master de traduction technique et éditoriale de l’ÉSIT, l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs, à Paris.

 

Passionné par les arts graphiques et la photographie, j’ai suivi des formations à Indesign, Illustrator, Photoshop, Lightroom. Au Club Photo Dauphine, j’ai appris puis enseigné le tirage argentique et la prise de vue, tout en me constituant une culture graphique au fil des ans. Je pratique la photo depuis plus de 10 ans, l’architecture en thème de prédilection.

 

C’est à partir d’un stage au département traduction du CERN, laboratoire européen de recherche en physique des particules, que j’ai réellement approfondi ma culture scientifique et technique.

J’ai beaucoup appris sur la physique, l’ingénierie et l’histoire des sciences, stimulé par une grande curiosité dans les nouvelles technologies.

Par la suite, j’ai également travaillé à l’Union Technique de l’Électricité, organisme de normalisation aujourd’hui intégré à l’AFNOR.

 

Passé par la gestion de projets pour de grandes marques du luxe en agence de traduction, je connais les différentes facettes du marché.

 

Le métier de traducteur demande d’apprendre sans cesse. La formation continue est donc décisive pour entretenir son expertise. J'ai par ailleurs obtenu un diplôme universitaire de Chinois en cours du soir à l'université Lyon 3, et je poursuis l'apprentissage de cette langue et de cette culture.


Savoir-faire & outils


Le premier outil est évidemment la maitrise des langues de travail. Mais le message d’un auteur s’inscrit aussi dans une époque, une culture, un contexte.

 

Un artiste ou un ingénieur écrira différemment à un collègue ou au grand public. Chaque entreprise possède son identité et sa manière de communiquer. Le traducteur sculpte donc son texte avec minutie, selon de nombreux paramètres.

 

Syntaxe, terminologie, ponctuation, autant d’outils pour modeler l’écrit, entre implicite, explicite, et niveaux de langage.

Chaque langue a aussi ses usages. En général, l’anglais tolère mieux les répétitions que le français.

 

Autre exemple, l’espagnol possède deux mots pour désigner un coin, « rincón », à l’intérieur, et « esquina », à l’extérieur. Le français ne fait pas la différence. On ne traduit pas des mots, mais du sens.

 

Au-delà de son expertise linguistique, de nombreux logiciels sont utiles au traducteur : analyse de texte, dictionnaires spécialisés, mémoires de traduction pour enregistrer son travail, analyse de corpus.